ce n’est qu’un début ! la philo avec les enfants
 
mots-clés
Kyria et Abderahmène<br />
-<br />
Vidéo prise de l'un des ateliers philo à l'école Jacques Prévert.
 
 
Kyria et Abderahmène
-
Vidéo prise de l'un des ateliers philo à l'école Jacques Prévert.
Kyria et Abderahmène<br />
-<br />
Vidéo prise de l'un des ateliers philo à l'école Jacques Prévert.
 
 

INTERVIEW DE MICHEL TOZZI

Professeur émérite de l'Université Montpellier 3, Michel Tozzi n'a de cesse d'apprendre des élèves et milite depuis des années pour que la philosophie commence dés le plus jeune age. Il était présent à plusieurs projections de Ce n'est qu'un début et a accepté de répondre à quelques questions.

Ces derniers temps, il a eu beaucoup d’actualités concernant la philosophie pour enfants. Selon vous, comment cet exercice, cette matière, va évoluer dans les années à venir ?
C’est toujours difficile d’avoir une idée de la suite des événements ; ce que je peux vous dire, c’est que depuis le début des travaux de Matthew Lipman (1970), la philosophie pour enfants est en constante croissance. Nous, en France, on était en retard. C’est à partir de 1996 que nous avons commencé à nous y intéresser. Depuis quelques temps les choses ce sont accélérées, entre autres grâce au Ministre de l’Education Nationale et de la Jeunesse, Luc Chatel, qui s’intéresse à cette pratique. Il y a également et surtout l’Unesco, qui veut en faire une priorité. Personnellement, ces dernières années, je suis intervenu dans 12 Instituts de formation des maîtres et nombre de circonscription du 1er degré pour y former des enseignants. On est dans un mouvement national et mondial qui voit progressivement s’élargir cette possibilité de pratiques philosophiques avec les enfants.

Vous venez de citer M. Lipman, il nous a quitté récemment, vous auriez envie de dire un mot à son sujet ?

C’est un grand innovateur qui nous quitte. Partout dans le monde, les gens se mobilisent pour lui rendre hommage. Personnellement, j’organise, dans la revue dont je suis rédacteur en chef, Diotime, et qui est publiée par l’Education nationale, un hommage international : d’une part parce qu’il a inventé une méthode de philosophie avec les enfants, mais aussi parce qu’il a osé briser ce tabou selon lequel on ne pouvait faire de la philosophie qu’en ayant du savoir et de la maturité psychique. Vous savez, Montaigne au XVIeme siècle souhaitait qu’on commence la philosophie très tôt. M. Lipman l’a fait.


Le film Ce n’est qu’un début a aussi fait partie de l’actualité de la philosophie pour enfants, vous en avez pensé quoi ?

J’ai adoré bien entendu ! Je n’ai d’ailleurs pas hésité à dire oui lorsqu’on m’a proposé d’animer des séances et les débats qui suivent la projection du film.
Il s’est passé d’ailleurs quelque chose de drôle à la dernière projection que j’ai animé. A la fin de la séance, une femme s’est levée, celle-ci était professeur de philosophie et elle a avoué avoir été ébahie par le film et la possibilité de commencer aussi tôt l’enseignement de cette matière. C’était tout simplement une chose qu’elle n’imaginait pas. En opposition, un homme s’est levé derrière elle pour dire que le déroulement ne correspondait pas réellement à sa définition de la philosophie : ça manquait de thèses, d’auteurs, et tout se qui fait la philosophie classique. Avec cette histoire, on peut tout à fait résumer le débat actuel de la philosophie : "Est-ce réellement de la philosophie ?", "Peut-on appeler cette pratique de la philo ?".
Mais il faut savoir une chose étonnante : après une projection, j’ai animé une discussion sur la philosophie dans une brasserie au théâtre : sur les 120 personnes qui étaient dans la salle, nous avons retrouvé plus des 2/3 des personnes au bar pour discuter du film. Preuve que quel que soit le débat interne au monde philosophique, ce qui est montré reste une méthode qui intéresse les gens et leur donne envie.

Et depuis la sortie du film, est ce que vous avez noté des changements dans le système éducatif ?
Je dirais oui, entre autre grâce au ministre de l'Education Nationale et de la Jeunesse, Luc Chatel, qui a montré son intérêt pour le sujet en organisant une projection privée du film où il était présent. De ce que j’ai compris, il y voit surtout une bonne manière de développer la langue et la maîtrise orale. Vous avez vu que récemment, il a autorisé la philosophie à l'école à partir de la seconde. Ce qui pourrait être vraiment intéressant... ce serait qu’il aille plus loin, en autorisant des expérimentations dans ce domaine à l’école primaire. Si on continue dans cette lancée, ça devrait arriver un jour.

Pour terminer, est ce que vous pourriez nous raconter une anecdote extraite de l’un de vos ateliers ?
Oui évidemment. Je me souviens d’un enfant, (c’était au cours préparatoire, avec des enfants de 6 ans), qui m’avait posé cette question « à quoi ça sert d’aimer ? ». Pour répondre à cette question, il faut déjà au préalable définir ce qu’est l’amour. A la fin de la discussion, il avait bien fait la différence entre « aimer » une personne et « aimer » une chose, ce qui n’est pas toujours facile dans la langue française, on peut dire « aimer une orange » comme « aimer ses parents ». À la fin de cette discussion l’enfant avait dit « ma maman je l’aime avec le cœur et les fraises, je les aime avec le goût » Il faisait déjà la distinction entre un sentiment et une sensation, ce qui est très intéressant comment distinction conceptuelle. Il avait compris la différence entre l’amour appliqué aux choses et celui appliqué aux personnes.

 

BIOGRAPHIE

Biographie


Il a commencé sa carrière en 1967 en tant que professeur au lycée technique de Narbonne et l'est resté pendant près de 30 années. Michel Tozzi est un expert auprès de l’Unesco pour la philosophie à l’école primaire.Rédacteur en chef de Diotime l’Agora, revue internationale de didactique de la philosophie, publiée depuis mars 1999
Il est le fondateur des Cafés philo de Narbonne et Co-fondateur de plusieurs universités populaires.
Pour voir l'ensemble de sa carrière, rendez vous sur son site internet, site qui propose plusieurs centaines de rubriques pour mieux comprendre et pratiquer la philosophie.
www.philotozzi.com

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie

- Lire, réfléchir et débattre à l'école élémentaire
- Penser par soi-même
- Débattre à partir de mythes à l'école et ailleurs

Voir d'autres ouvrages sur le site fnac