ce n’est qu’un début ! la philo avec les enfants
 
mots-clés
 
Temoignage
posté le 25.01.2011

TEMOIGNAGE

Merci à Joelle Pavlenko, professeur des écoles du Val-de-Marne de nous avoir envoyé cette lettre.

Bravo pour la réalisation de ce film. Il aura fallu beaucoup de passion et de courage à tous . Ayant moi-même mis en place des ateliers de philosophie dans ma classe de CE2 à Fontenay-sous-Bois, pendant plusieurs années, aidée en cela par la lecture des travaux de Lipman et entre autres, de l'ouvrage de Marie-France Daniel" la philosophie et les enfants", je peux témoigner des répercussions importantes que cela a eu sur les enfants. Ces ateliers, très ritualisés, ont permis à beaucoup d'entre eux de prendre confiance en eux et les conséquences sur leur investissement scolaire a parfois été spectaculaire.
Etre capable de penser par soi-même a été une telle révélation que certains, pensant n'être bons en aucun domaine ont commencé à envisager qu'il puisse en être autrement. Et puis, voir les esprits s'éveiller; observer les enfants s'essayer à l'argumentation, apprendre à s'écouter et progressivement faire évoluer leur idée de départ en rebondissant sur les paroles des autres est un véritable bonheur pour l'adulte qui anime ces ateliers. Cela a permis aussi de les sensibiliser à la conceptualisation par la recherche du mot juste: celui qui définirait le mieux leur pensée exacte.
Au début toutes les classes avaient mis ces ateliers en place, puis le temps passant, nous n'étions plus que trois, puis deux.
Lors du soutien scolaire " coup de pouce", il m'est arrivé aussi d'en proposer à des enfants de CP, mais le petit effectif ne permettait pas la dynamique nécessaire à la démarche. Toutefois j'ai conservé un excellent souvenir de celui posant la question: "Quelle différence y-a-t-il entre une poupée et un enfant?"qui avait occasionné pour ces enfants de 6 ans une âpre discussion sur le vivant et le non-vivant.

Mais je n'avais jamais vu comment cela pouvait fonctionner en maternelle et votre film en fait parfaitement la démonstration. Je pense que c'est la fonction première de l'école de permettre à l'enfant de s'exprimer en tant que personne et je suis sûre que votre réalisation fera plus pour cette cause que tous les discours académiques.
Félicitations très chaleureuses à ma collègue Pascaline Dogliani qui a eu le courage d'affronter la caméra dans son exercice . Chapeau à elle!

Bien sincèrement.


Joëlle Pavlenko