ce n’est qu’un début ! la philo avec les enfants
 
mots-clés
 
contact
posté le 26.03.2011

LE FILM DANS LA PRESSE

Merci à notre attachée de presse Laura Gouadain et son équipe de 213 communication

''la philosophie cela nous aide à réfléchir...''   Magalie 8ans

Ce que la presse en dit:

Les Cahiers du Cinéma
Le film révèle sa puissance pédagogique et subversive en incluant à la réflexion plusieurs séquences, dans la cour de récréation ou en famille, qui refusent de se contenter d'un filmage à la Entre les murs pour traquer contextes et conséquences de ces ateliers. Ce n'est qu'un début, conformément à son titre, va au-delà de l'initiation à la philosophie pour réaffirmer la nécessité du lien entre l'école et le monde.

DNA
Bien sûr on n'échappe pas toujours à l'effet "mot d'enfant", mais là n'est pas l'essentiel: plutôt dans les effets de contrechamp de l'actualité, qui donnent à ces réflexions d'enfance une étonnante densité. Et l'on y est très content aussi quand les parents, plutôt modestes et qui restent la plupart du temps hors champ, se révèlent ravis de discuter, avec une progéniture qu'ils paraissent soudain redécouvrir, de la démocratie, du racisme ou du travail salarié. Une bouffée d'oxygène dans la déprime ambiante! Ce n'est qu'un début, film politique.

Positif
Le film pourrait ne se réduire qu’à une collection de « perles » et de bons mots d’enfants, si les réalisateurs n’étaient parvenus à décrire avec finesse l’ambiance de cette classe de ZEP, véritable îlot de joies et d’échanges dans une banlieue plutôt morose et terne. Les auteurs ont fait un œuvre engagée, rappelant le rôle éminent de l’Institutrice au cœur de la Cité.

Metro
Une belle leçon de vie.

La Croix
Délicat et touchant.

20 Minutes
Au menu d’un film rafraîchissant, non plus être et avoir comme chez Nicolas Philibert, mais réfléchir et en parler.

TéléCinéObs
Un film à la fois citoyen et ambitieux.

Télérama
Le tableau a ceci de stimulant que ces enfants de 5 ans apprennent autant qu’ils nous enseignent, moins la philosophie que la poésie à l’état pur.

Première
Ce qui pourrait n’être qu’un florilège de mots mignons laisse place à un véritable projet pédagogique. Les enjeux sont forts et les résultats aussi impressionnants qu’encourageants.

Ouest France
Entre pertinence et à-propos, la vraie richesse de bambins en devenir qui s’ouvrent au monde.

Famili
Il faut courir voir le film en salle !

3 couleurs
Avec une belle humilité, Ce n’est qu’un début enregistre l’apprentissage de la vie en collectivité, l’éveil turbulent à l’altérité, la mis à mal des stéréotypes par le débat dialectique ; bref, des questions éminemment politiques.

Illimité
Les réalisateurs ont planté leurs caméras durant deux ans au beau milieu d’ateliers de philosophie pour tout-petits. Le théâtre d’échanges stupéfiants de sensibilité, d’intelligence, voire de poésie.

Comme au Cinéma.com
La découverte drôle et émouvante de la parole donnée aux plus petits.

Parents
« Ce n’est que le début » et c’est drôlement bien.

Studio Ciné Live
Savoir écouter l’autre, respecter son opinion : autant de règles dont les enfants prennent conscience et que bien des enfants ont oubliées.

Marianne
Coup de cœur : Le cercle des philosophes en culottes courtes. A travers leurs paroles, on devine des situations familiales ou sociales tendues, des fins (et des débuts) de mois difficiles. Mais aussi l’espoir de devenir quelqu’un.

Le Figaro Magazine
Il flotte sur ce singulier et inoubliable long-métrage un petit parfum révolutionnaire. La vérité philosophique sort de la bouche des enfants.

Madame Figaro
Ambitieux certes, citoyen aussi, mais surtout très beau.

Le journal du dimanche
Enseigner la philo dés la petite section de maternelle, il fallait oser. Deux cinéastes ont filmé l’expérience. Leur film, Ce n’est qu’un début, en salle cette semaine, est un choc.

Le Canard enchainé
La vie, l’amour, la mort, l’amitié, la différence, l’intelligence, toutes ces énigmes sont visitées une à une par les enfants. On rit. Mais pas seulement. Une extrême gravité voile certains regards.

Nice-matin
Au-delà des sourires que provoquent cette innocence et cette spontanéité libérées, on devine tout le travail intérieur qui s’est opéré dans cette classe pour favoriser l’ouverture, l’éclosion, l’épanouissement de ces philosophes en herbe. Entre pertinence et à-propos, la vraie richesse de bambins en devenir qui s’ouvrent au monde.

Les Cahiers du Cinéma
Le film révèle sa puissance pédagogique et subversive en incluant à la réflexion plusieurs séquences, dans la cour de récréation ou en famille, qui refusent de se contenter d'un filmage à la Entre les murs pour traquer contextes et conséquences de ces ateliers. Ce n'est qu'un début, conformément à son titre, va au-delà de l'initiation à la philosophie pour réaffirmer la nécessité du lien entre l'école et le monde.

DNA
Bien sûr on n'échappe pas toujours à l'effet "mot d'enfant", mais là n'est pas l'essentiel: plutôt dans les effets de contrechamp de l'actualité, qui donnent à ces réflexions d'enfance une étonnante densité. Et l'on y est très content aussi quand les parents, plutôt modestes et qui restent la plupart du temps hors champ, se révèlent ravis de discuter, avec une progéniture qu'ils paraissent soudain redécouvrir, de la démocratie, du racisme ou du travail salarié. Une bouffée d'oxygène dans la déprime ambiante! Ce n'est qu'un début, film politique.

Positif
Le film pourrait ne se réduire qu’à une collection de « perles » et de bons mots d’enfants, si les réalisateurs n’étaient parvenus à décrire avec finesse l’ambiance de cette classe de ZEP, véritable îlot de joies et d’échanges dans une banlieue plutôt morose et terne. Les auteurs ont fait un œuvre engagée, rappelant le rôle éminent de l’Institutrice au cœur de la Cité.

Metro
Une belle leçon de vie.

La Croix
Délicat et touchant.

20 Minutes
Au menu d’un film rafraîchissant, non plus être et avoir comme chez Nicolas Philibert, mais réfléchir et en parler.

TéléCinéObs
Un film à la fois citoyen et ambitieux.

Télérama
Le tableau a ceci de stimulant que ces enfants de 5 ans apprennent autant qu’ils nous enseignent, moins la philosophie que la poésie à l’état pur.

Première
Ce qui pourrait n’être qu’un florilège de mots mignons laisse place à un véritable projet pédagogique. Les enjeux sont forts et les résultats aussi impressionnants qu’encourageants.

Ouest France
Entre pertinence et à-propos, la vraie richesse de bambins en devenir qui s’ouvrent au monde.

Famili
Il faut courir voir le film en salle !

3 couleurs
Avec une belle humilité, Ce n’est qu’un début enregistre l’apprentissage de la vie en collectivité, l’éveil turbulent à l’altérité, la mis à mal des stéréotypes par le débat dialectique ; bref, des questions éminemment politiques.

Illimité
Les réalisateurs ont planté leurs caméras durant deux ans au beau milieu d’ateliers de philosophie pour tout-petits. Le théâtre d’échanges stupéfiants de sensibilité, d’intelligence, voire de poésie.

Comme au Cinéma.com
La découverte drôle et émouvante de la parole donnée aux plus petits.

Parents
« Ce n’est que le début » et c’est drôlement bien.

Studio Ciné Live
Savoir écouter l’autre, respecter son opinion : autant de règles dont les enfants prennent conscience et que bien des enfants ont oubliées.

Marianne
Coup de cœur : Le cercle des philosophes en culottes courtes. A travers leurs paroles, on devine des situations familiales ou sociales tendues, des fins (et des débuts) de mois difficiles. Mais aussi l’espoir de devenir quelqu’un.

Le Figaro Magazine
Il flotte sur ce singulier et inoubliable long-métrage un petit parfum révolutionnaire. La vérité philosophique sort de la bouche des enfants.

Madame Figaro
Ambitieux certes, citoyen aussi, mais surtout très beau.

Le journal du dimanche
Enseigner la philo dés la petite section de maternelle, il fallait oser. Deux cinéastes ont filmé l’expérience. Leur film, Ce n’est qu’un début, en salle cette semaine, est un choc.

Le Canard enchainé
La vie, l’amour, la mort, l’amitié, la différence, l’intelligence, toutes ces énigmes sont visitées une à une par les enfants. On rit. Mais pas seulement. Une extrême gravité voile certains regards.

Nice-matin
Au-delà des sourires que provoquent cette innocence et cette spontanéité libérées, on devine tout le travail intérieur qui s’est opéré dans cette classe pour favoriser l’ouverture, l’éclosion, l’épanouissement de ces philosophes en herbe. Entre pertinence et à-propos, la vraie richesse de bambins en devenir qui s’ouvrent au monde.


 
Les DVD sont en kiosque
posté le 23.03.2011

LES DVD SONT EN KIOSQUE

Merci pour tous vos mails, pour tous vos témoignages et commentaires depuis ces quelques mois. Sur le site, la question qui revenait le plus souvent était "Mais quand pourrons nous voir le film en DVD ?" et bien c'est aujourd'hui, ce mercredi 23 mars.

L'intégralité du film et ces bonus, des entretiens avec des professionnels de la philosophie pour enfants (Marie-France Daniel, Jean Charles Pettier etc...) les interviews des intervenants du film et d'autres surprises.
A cette occasion nous avons également interviewé l'un des grand nom de la philosophie pour enfants, Professeur émérite de l'Université Montpellier 3, Michel Tozzi à animé des séances et des débats sur le film.

Retrouvez l'article ici

Pour le voir le garder et consulter tous les bonus...
www.amazon.fr/NEST-QUUN-DEBUT-Jean-Pierre-Pozzi/dp/B004FQC0AS

Pour le voir ..
www.canalplay.com/cinema/ce-n-est-qu-un-debut,297,294,16938.aspx

 
Les projections du film
posté le 07.03.2011

LES PROJECTIONS DU FILM

Ce Mercredi 9 Mars, de nouvelles villes accueillleront les projections du film, en voici quelques une : Ajaccio, Bailleul, Bruz, Chateaudun, Cholet, Meru, Nemours.

Ce n'est qu'un début sera également projeté en Asie comme le montre le site japonais phantom-film.com
Voir le site

 
Et ce n'est toujours qu'un début...
posté le 21.02.2011

ET CE N'EST TOUJOURS QU'UN DÉBUT...

La section « Philosophie et Sciences Humaines » de l’UNESCO a voté en février 2011 à Milan une recommandation pour le développement de la philosophie avec les enfants.

Il n’y a pas d’âge pour se poser des questions philosophiques et apprendre à penser. La pratique de discussions philosophiques dès le plus jeune âge développe l’esprit critique, l’argumentation et permet aux futurs citoyens d’être conscients des enjeux du monde contemporain. Elle favorise la coopération, la tolérance et l’écoute. En permettant aux enfants et aux adolescents de s’exprimer sur des sujets sensibles et complexes, elle développe l’estime de soi et peut contribuer à une meilleure adaptation scolaire et sociale.
La littérature est une excellente médiation pour aborder des questions philosophiques avec les enfants. Que ce soit pour les enseignants, les éducateurs ou les parents, lire une histoire abordant la notion permet de mettre un peu de distance pour oser prendre la parole et penser.


Edwige CHIROUTER

 
Merci pour vos messages
posté le 03.02.2011

MERCI POUR VOS MESSAGES

Merci pour ce film, qui permet de découvrir une magnifique expérience. En espérant que celle-ci puisse continuer et peut-être se développer ?
Bravo à la maîtresse !!!
Bien cordialement,
Anne J
Châlons-en-Champagne

Bonjour l'équipe de "Ce n'est qu'un début",
L'extrait de votre film donne l'eau à la bouche! Quel projet! C'est génial!
J'aimerais savoir si vous projeter de venir montrer votre film en Belgique?
Merci beaucoup
Sophie

Bonjour monsieur,
Merci de votre réponse, il faut absolument rediffuser ce film, le projet est magnifique, j'en suis ravie.
Bonne continuation.
Marie-Anaïs T

 
Les prochaines séances
posté le 08.02.2011

LES PROCHAINES SÉANCES

Demain, une nouvelle semaine ciné commence, voici quelques villes ou sera projeter de ce n'est qu'un début pour la semaine du 9 février.

Les villes                       Les salles

Alès                                    Arcades
Chaumont                         Eden
Coutances                         Long-Court
Douvres la Délivrande     Foyer
Roche sur Yon                   Concorde
Melun                                  Variétés
Paris                                     Cinéma Chaplin
St Etienne                           France
St Lo                                     Cinémoviking
St Martin d'Hères               Mon centre culturel

 
Cinéma   la clef
posté le 25.01.2011

CINÉMA LA CLEF

Nous vous parlons bien sûr du Cinéma la Clef , dans le 5eme arrondissement de Paris, qui projette en ce moment ce n'est qu'un début sur leurs écrans.

A noter une projection particulière le 30 janvier en présence de Jean-Pierre Pozzi et Cilvy Aupin, respectivement réalisateur et productrice du film.

Plus d'infos sur le site cinemalaclef.fr

 
Temoignage
posté le 25.01.2011

TEMOIGNAGE

Merci à Joelle Pavlenko, professeur des écoles du Val-de-Marne de nous avoir envoyé cette lettre.

Bravo pour la réalisation de ce film. Il aura fallu beaucoup de passion et de courage à tous . Ayant moi-même mis en place des ateliers de philosophie dans ma classe de CE2 à Fontenay-sous-Bois, pendant plusieurs années, aidée en cela par la lecture des travaux de Lipman et entre autres, de l'ouvrage de Marie-France Daniel" la philosophie et les enfants", je peux témoigner des répercussions importantes que cela a eu sur les enfants. Ces ateliers, très ritualisés, ont permis à beaucoup d'entre eux de prendre confiance en eux et les conséquences sur leur investissement scolaire a parfois été spectaculaire.
Etre capable de penser par soi-même a été une telle révélation que certains, pensant n'être bons en aucun domaine ont commencé à envisager qu'il puisse en être autrement. Et puis, voir les esprits s'éveiller; observer les enfants s'essayer à l'argumentation, apprendre à s'écouter et progressivement faire évoluer leur idée de départ en rebondissant sur les paroles des autres est un véritable bonheur pour l'adulte qui anime ces ateliers. Cela a permis aussi de les sensibiliser à la conceptualisation par la recherche du mot juste: celui qui définirait le mieux leur pensée exacte.
Au début toutes les classes avaient mis ces ateliers en place, puis le temps passant, nous n'étions plus que trois, puis deux.
Lors du soutien scolaire " coup de pouce", il m'est arrivé aussi d'en proposer à des enfants de CP, mais le petit effectif ne permettait pas la dynamique nécessaire à la démarche. Toutefois j'ai conservé un excellent souvenir de celui posant la question: "Quelle différence y-a-t-il entre une poupée et un enfant?"qui avait occasionné pour ces enfants de 6 ans une âpre discussion sur le vivant et le non-vivant.

Mais je n'avais jamais vu comment cela pouvait fonctionner en maternelle et votre film en fait parfaitement la démonstration. Je pense que c'est la fonction première de l'école de permettre à l'enfant de s'exprimer en tant que personne et je suis sûre que votre réalisation fera plus pour cette cause que tous les discours académiques.
Félicitations très chaleureuses à ma collègue Pascaline Dogliani qui a eu le courage d'affronter la caméra dans son exercice . Chapeau à elle!

Bien sincèrement.


Joëlle Pavlenko

 
Les projections du film en Janvier
posté le 24.01.2011

LES PROJECTIONS DU FILM EN JANVIER

2011 à peine débuté, les projections du film repartent, 3 évènements à venir avant mi-janvier et à l’issue de celles ci, des débats, organisés avec les réalisateurs du film.

- Le 6 janvier dans la Loire

- Le 12 Janvier dans le Morbihan


- Le 14 Janvier dans L’Aveyron

 
Projection et échange avec M. Luc Chatel
posté le 24.01.2011

PROJECTION ET ÉCHANGE AVEC M. LUC CHATEL

Lundi 13 Décembre, les équipes du Ministère de l'Education Nationale ont invité de nombreuses personnalités du monde de l'éducation, à la projection du film Ce n’est qu’un début afin d'échanger sur les qualités de ces ateliers en la présence du ministre M. Luc Chatel.

L'équipe du film, en la présence de Pascaline Dogliani, Isabelle Duflocq et Jean Charles Pettier ainsi que les réalisateurs Jean Pierre Pozzi et Pierre Barougier et la productrice Cilvy Aupin ont eu l'occasion de mettre en perspective les qualités particulières dues à l'exercice des pratiques à visée philosophique avec de très jeunes enfants.
Le soutien de l'Académie de Créteil ainsi que la présence de l’Académie de Paris, l'IGEN, IPR, DGESCO ont permis de situer ces ateliers dans la continuité de la lutte contre l'illéttrisme, la lutte contre le décrochage scolaire et le travail sur les fondamentaux.
L'équipe a souligné que la forme particulière de ces ateliers nécessite un soutien et une formation spécifique de la posture du maître, il est aussi important que l'enseignant ne soit pas là pour donner des réponses aux enfants dans leurs questionnements, mais pour les aider à entretenir leurs curiosités, la prise de parole en groupe, le plaisir de s'étonner sur le sens des mots. Ainsi, au fil de leurs progressions, les enfants apprennent à se décentrer pour échanger sur un thème, un concept.
Comme après chaque projection du film, le débat sous le signe de l’écoute et de l’échange permet une sensibilisation auprès du public. Ce n'est qu'un début...

 
Un projet pour...
posté le 24.01.2011

UN PROJET POUR...

Découvrez le livre co-écrit par Pascaline Dogliani, Isabelle Duflocq et Jean-Charles Pettier.

La complémentarité des auteurs permet de présenter un ouvrage qui articule de façon simple, synthétique et accessible, les dimensions pratiques, institutionnelles et éthiques d’un projet pour favoriser la réflexion de tous les élèves en classe de maternelle.

"Un projet pour... Apprendre à penser et à réfléchir à l'école maternelle"
J.C. Pettier, P. Dogliani, I. Duflocq - 9782206016030
Édition Delagrave

Lien vers la description de l’ouvrage


 
 Les Cahiers pédagogiques en parlent
posté le 24.01.2011

LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES EN PARLENT

Entretien avec Cilvy Aupin, productrice d’un long métrage époustouflant sur la philo en maternelle...

Comment est née l’idée de ce film ?
De plusieurs facteurs. Il y a déjà quelques années je me demandais, en tant que mère de deux enfants, comment parler avec eux des questions essentielles avec la plus grande ouverture possible, quand on n’a souvent pas le temps adéquat ou l’éclairage culturel nécessaire. La littérature pour enfants offre un choix d’ouvrages très intéressants, mais il manquait pour moi une dimension plus dynamique. En 2007, une phrase de Michel Onfray lors d’une émission sur France Inter a déclenché ma curiosité : « Tous les enfants naissent philosophes, seuls certains le demeurent... » Michel Onfray parlait du questionnement des enfants et de cette formidable dynamique non entretenue. À ce moment précis nous avons avec mon équipe ouvert une investigation de fond. […]

[…] Il ne faut pas faire porter aux ateliers à visée philosophique un espoir démesuré, mais leur reconnaitre des qualités pédagogiques transversales importantes. Ils ont une belle place dans le cadre scolaire par le bonheur pédagogique souligné par les enseignants, mais aussi par les enfants et leurs parents. Il n’y a pas besoin d’un investissement lourd pour sa mise en place au niveau de l’institution, mais d’une concertation avec les acteurs qui travaillent depuis trente ans sur le sujet. Il faut aussi permettre un accompagnement pour ceux qui souhaitent démarrer et une bonne grosse dose de volonté politique. Cela va peut-être à l’encontre de ce qui se fait pour l’instant. Nous espérons que le film apportera une réflexion de fond. L’idée est de donner à tous un témoignage, afin que chacun s’approprie ce qu’il ressent à travers cette pratique. Nous ne voulions pas persuader, mais montrer, nous ne voulions pas prouver, mais laisser aux curieux le gout de poursuivre avec nous et créer un débat… Quand Jean-Pierre Pozzi, un des réalisateurs, nous a proposé le titre « Ce n’est qu’un début », c’est devenu une évidence.

Propos recueillis par Nicole Priou
www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php